Vieille-Église : Pascal et Marie Friscourt, au cœur de la finale de la Coupe Davis
(publié sur La Voix du Nord)

     Pascal Friscourt et sa fille Marie, habitants de Vieille-Église, participent ce week-end, en tant que volontaires, à la finale de la Coupe Davis au stade Pierre-Mauroy à Villeneuve d’Ascq. Les premières rencontres ont lieu ce vendredi.

     Depuis plus de quinze ans, Marie Friscourt pratique le tennis. La jeune fille, âgée de 21 ans, a même été trois fois championne du Pas-de-Calais. «  Depuis que je suis étudiante en psycho à Lille, j’ai délaissé la compétition mais je pratique toujours le tennis en loisirs  » explique Marie. Un beau jour, elle reçoit un mail de la fédération française de tennis qui recherche des volontaires pour l’organisation de la demi-finale de la Coupe Davis contre la Serbie à Lille, en septembre.


Stade Pierre-Mauroy, finale de la Coupe Davis. PHOTO PASCAL BONNIERE

     Immédiatement, elle transfère ce mail à Pascal, son père, déjà rompu aux grands événements sportifs puisqu’il a été volontaire pour l’Euro de football 2016. Les deux candidatent, mais seul Pascal est retenu. «  À l’occasion de la demi-finale, j’ai vraiment vécu une expérience extraordinaire. En début de semaine, j’étais chauffeur, j’ai donc transporté joueurs, officiels, membres du staff médical ou arbitres entre les aéroports (de Lille, Bruxelles ou Paris) jusqu’au stade ou dans leurs hôtels. Et tout ça au volant d’une Jaguar  » explique fièrement Pascal.

 

« À l’occasion de la demi-finale, j’ai vraiment vécu une expérience extraordinaire »

     «  Pendant la compétition, je me suis occupé de l’accueil des visiteurs en les dirigeant vers leur siège. Une fois que tout le monde était assis, j’ai pu assister aux différents matchs au premier rang  » se souvient-il.

Finale de Coupe Davis opposant la France à la Belgique au stade Pierre Mauroy, ce vendredi. PHOTO PASCAL BONNIERE
 

Accueil à l’entrée du stade

     La bande à Yannick Noah s’est qualifiée pour la finale et a choisi de jouer cette rencontre face aux voisins belges de nouveau au stade Pierre-Mauroy. Fort de cette première expérience, c’est tout naturellement que Pascal a décidé de remettre le couvert pour la finale. Il est attaché aux mêmes tâches que lors de la demi-finale. Mais cette fois, il sera accompagné par sa fille Marie. «  Ce sera pour moi, ma première expérience. J’ai vraiment hâte d’y être. C’est une expérience bénévole et humaine qui sera très enrichissante  » se projette la jeune fille, qui accueille pendant les trois jours de la compétition les spectateurs à l’entrée du stade.

« On espère que les joueurs seront accessibles »

     «  Nous avons vraiment envie de vivre ce moment ensemble et aussi avec les 150 autres volontaires  » poursuivent le père et la fille. «  Lors de la demi-finale, j’ai eu l’occasion de discuter avec Yannick Noah ou Nicolas Mahut. On espère que les joueurs seront tout aussi accessibles cette fois-ci. »

Par B. B. (Clp)