L’enquête se poursuit après l’accident qui a causé la mort du motard de 22 ans
        (Publié sur La Voix du Nord)

     L’enquête se poursuit après l’accident qui a causé la mort d’un motard de 22 ans, jeudi à Vieille-Église. Selon le parquet de Saint-Omer, la conductrice « très choquée » sera interrogée la semaine prochaine. Au moment du drame, la femme d’une trentaine d’années n’était ni alcoolisée, ni sous l’emprise d’un stupéfiant.

     «  Les circonstances de l’accident ne sont toujours pas établies  » et l’enquête, confiée à la gendarmerie de Oye-Plage, se poursuit après l’accident qui a causé la mort d’Aloïs Kieken, un motard de 22 ans, sur la commune de Vieille-Église à l’angle des rues de Bourbourg et du Drack. Une voiture de type 4x4 et une moto étaient entrées en collision vers 7 h 40. Le jeune homme n’a pas survécu au choc violent.

 

La conductrice interrogée la semaine prochaine

     Faute de témoins directs de l’accident, les enquêteurs attendent la sortie de l’hôpital de la conductrice, «  très choquée  », selon le procureur de la République de Saint-Omer, Patrick Leuleu. «  Elle devrait être interrogée dans le courant de la semaine prochaine  », explique-t-il.

« Les circonstances de l’accident ne sont pas clairement établies »

     Une enquête de la gendarmerie a été ouverte pour «  homicide involontaire pour refus de priorité  », mais le procureur précise : «  Les circonstances de l’accident ne sont pas clairement établies. L’enquête est en cours  ». Les tests pour contrôler le taux d’alcoolémie et de stupéfiants effectués sur la conductrice se sont tous révélés négatifs. Selon le parquet, aucun appel à témoins n’a été, pour le moment, lancé par les enquêteurs.

Que s’est-il passé ?

     Selon des riverains, la conductrice, qui sortait de chez elle avec ses trois enfants à bord, s’est engagée rue de Bourbourg depuis la rue du Drack, en direction de Calais, quand les deux véhicules se sont violemment percutés. La voiture venait de franchir le stop et la moto allait aussi en direction du centre-ville de Vieille-Église. Suite à la collision, le deux-roues a été propulsé à une vingtaine de mètres environ, dans la rue de Drack. Le motard de 22 ans s’est retrouvé sous les roues de la voiture. Son corps a été transporté à l’unité médico-judiciaire de Boulogne-sur-Mer pour être examiné.

     Le 16 décembre, une balade pour rendre hommage à Aloïs sera organisée par le groupe de moto AMMC 62. Le rendez-vous est fixé à 15 h devant le café L’Étoile. Les motards se rendront sur les lieux de l’accident et devant le domicile du jeune motard décédé.

Par Adrien Boussemart          

  

 

ACCIDENT DE VIEILLE-EGLISE : «C’était un garçon travailleur et souriant»
     (Publié sur Nord Littoral le 28-11-2017)

Aloïs Kieken travaillait comme mécanicien au garage automobile Renault. Il a perdu la vie dans un accident à Vieille-Eglise. Ses employeurs lui rendent hommage.  

 
Aloïs Kieken a perdu la vie jeudi matin.

     Il était travailleur, consciencieux, souriant… » , les responsables du garage automobile steenois sont encore sous le choc. Jeudi dernier leur mécanicien, Aloïs Kieken, n’arrive pas au travail. Un comportement qui ne lui ressemble pas.
Rapidement, ils apprennent la disparition de leur jeune employé dans un dramatique accident de la route.
Une déchirure pour toute l’équipe de ce garage familial. « Aloïs était arrivé chez nous alors qu’il n’avait pas encore 16 ans, en tant qu’apprenti. »

« Des jeunes comme lui, on n’en trouve plus. Il était toujours volontaire, travailleur. Les clients l’appréciaient. »
     Ce jeune passionné de mécanique prend goût à son métier et va jusqu’au bout de sa formation dans le garage steenois. C’est donc logiquement qu’il y est embauché dès ses 18 ans. « Des jeunes comme lui, on n’en trouve plus ! Il était toujours volontaire, travailleur. Les clients l’appréciaient. Sa joie et sa bonne humeur nous manqueront. »
     Aloïs vivait seul à Vieille-Église, où il avait acheté une maison.
« On le charriait en lui disant qu’il fallait qu’il se trouve une copine… Il avait la vie devant lui. » Pour toute l’équipe du garage, le jeune homme laissera un immense vide.
     Ce deuil touche aussi de plein fouet l’association de motards AMMC-ACPC du Calaisis, à laquelle le frère de la victime appartient.
Le président de l’association, José Lapôtre, a tenu à présenter ses condoléances et envisage des actions en mémoire d’Aloïs Kieken.

L. G.